100 ans de radio
Publicité
5 Recherches sur 100 ans de Radio
Publicité
Sélection de livres

Annonces Google
Recherche sur Amazon
Sites Associées

La radio en région

Corse
Histoire de la radio en Corse
En bref Nouveautés
Les premières stations de radio françaises naissent en 1922, mais il faudra attendre 1944 pour que la Corse voit s'ériger son premier émetteur de radiodiffusion et 1963 pour qu'elle connaisse sa première radio. Pourtant, dès 1901, l'Ile de Beauté a connu une première expérience de liaison par TSF avec le continent. Le 14 avril 1901, Marconi, avec l'aide de Ferrié, réalise cette première liaison TSF. Une station est installée à Calvi dans l'hôtel Christophe Colomb et l'autre à Biot près d'Antibes. Les deux villes sont séparées de 175 km. L'expérience est un succès. Mais, durant les années 20 et 30, ce sera le désert radiophonique en Corse. En 1944, lorsque l'Ile est libérée, ce sont les gaullistes qui montent un émetteur destiné à relayer vers le continent les programme de Radio France basée à Alger. En 1963, c'est la RTF qui décide de créer un studio permanent en Corse, rattaché à la Direction Régionale de Marseille. Ce studio va s'étoffer et devenir peu à peu une véritable station de radio, surtout à partir de 1983, lorsque Radio-France prend sa destinée en main. A partir de là, ce sont 15 heures de programmes quotidiens qui vont se substituer aux quelques heures de décrochage. Radio Corse va devenir Frequenza Mora et s'imposer comme la première radio de l'Ile.
Dans les années 70, quelques stations pirates vont émettre clandestinement sur l'ile ou à partir de l'ile d'Elbe. A partir de 1981, elles laissent la place à des radios libres dont le statut va être régularisé. La plupart des nouvelles radios libres jouent la carte de la culture et de la langue corse, trop longtemps limitée sur les ondes du service public. Quelques antennes seront aussi dirigées par des nationalistes corses. Les réseaux nationaux vont avoir plus de mal à s'implanter qu'ailleurs et seront d'ailleurs menacés par les autonomistes corses qui ne veulent pas voir l'ile envahie par des réemetteurs passifs des radios parisiennes. Les seuls réseaux qui s'implanteront avec succès conserveront des décrochages locaux. La concurrence entre le service public qui multiplie les émetteurs, les radios associatives et commerciales corses, RMC qui bénéficie depuis longtemps d'un auditoire fidèle et surtout des radios italiennes dont la puissance n'est pas limitée et qui arrosent tout le versant Est de l'ile, va, comme ailleurs, générer la disparition de nombreuses stations. Dans les années 2000, le paysage radiophonique corse est apaisé. L'ile possède 8 radios associatives, 3 radios commerciales, 1 radio de service public. Quant aux réseaux ils sont très majoritairement de catégorie "C", c'est à dire avec un programme local en décrochage : 8 stations de catégorie C contre 3 de catégorie D, c'est-à-dire sans décrochage.


Flux RSSNos pages sur les radios corses sont fréquemment actualisées, de nouvelles radios ou de nouveaux documents sont mis en ligne régulièrement en fonction des archives que nous retrouvons mais aussi des témoignages et documents qui nous sont envoyés par les internautes. Vous pouvez vous abonner à notre flux RSS pour être tenu au courant en temps réel des derniers ajouts sur la région Corse.

Le service public dans la région
:: 1944 : Radio Corse, première radio libre.
Contrairement à une idée reçue, les premières radios libérées du joug nazi en France, ne sont pas celles de Normandie mais bien de Corse. La Corse est libéré entre septembre 1943 et octobre 1943. Il n'existe toujours pas de station de radiodiffusion sur l'île et donc la première radio libre de l'île et de France est créée de toute pièce par les gaullistes. Le 4 mars 1944, Radio Corse est inaugurée par Henri Bonnet. Malheureusement, la station aura une vie éphémère et à la fin de la guerre, il n'y aura à nouveau plus de station en Corse.
> Radio Corse.

:: 1963 -1983  : De Radio Ajaccio à FR3 Radio Corse.
La RTF n'avait pas créé de radio régionale en Corse dans les années 50, et il faut attendre 1963, pour qu'elle confie à son correspondant sur l'île, la réalisation d'une émission locale en décrochage. Radio Ajaccio, station de la RTF et future Radio Corse, est créée avec 10 mn d'info plus une chanson corse chaque jour sauf le dimanche. La station dispose de moyens très précaires. Mais en 1965, la RTF lance des stations de vacances un peu partout sur les plages de l'été. C'est l'occasion pour le petit studio d'Ajaccio de disposer de matériels un peu plus élaborés qui lui permettront de multiplier les temps de décrochage . 
En 1966, la station diffuse sa première émission en langue corse, une émission de poésie. La station prend le nom de "Radio Corse".
En 1975, elle est rattachée à la société FR3 et devient "FR3 Radio Corse". Le décrochage est entièrement consacré à l'information.
> Radio Corse - FR3 Radio Corse.

:: 1983 - 2000 : Radio Corse Frequenza Mora (RCFM)
Avec le rattachement des radios régionale à la Société Radio France, FR3 Radio Corse se transforme en "Radio Corse, Frequenza Mora". La station devient une véritable station de radio avec une grille de programme de 15 heures démissions quotidiennes.  Elle dispose d'un studio à Ajaccio et d'un autre à Bastia et de plus de 25 fréquences sur l'ile. 
> Radio Corse Frequenza Mora (RCFM).

:: Depuis 2000 : France Bleu Frequenza Mora.
En 2000, nouveau changement de nom : RCFM devient France Bleu Frequenza Mora. La station conforte sa place de radio leader de Corse avec une nette avance sur la seconde radio. C'est près de 50 personnes qui se répartissent entre ses studios de Bastia et d'Ajaccio.
> France Bleu Frequenza Mora.

Documents

INA Attentats contre FR3 Corse.
Document de l'INA de 1981.
Journal télévisé de FR3 Provence Côte d'Azur Corse relatant le dernier attentat contre les locaux de FR3 Corse..
INA Histoire de la radio en Corse.
Document de l'INA datant de 1982 lors du passage de FR3 Corse à Radio France. Apporte quelques précisions et témoignages sur les débuts de la radio en Corse dans les années 60.


5pixels

page précédente

page suivante

Webmaster : Jean-Marc Printz

CopyrightFrance