100 ans de radio
Publicité
5 Recherches sur 100 ans de Radio
Publicité
Sélection de livres

Annonces Google
Recherche sur Amazon
Sites Associées
Chronologie
Avant 1922 : La préhistoire de la Radio


LES GRANDES LIGNES

Définir la date de naissance de la radio est aussi délicat que de donner le nom de son inventeur. La radio est une invention collective, née de la coopération d'inventeurs de diverses nations dont les travaux ont commencé au milieu du XIXe siècle. Mais le besoin de communiquer à distance est bien plus ancien encore. Les techniques ont été diverses et toutes ont contribué, d'amélioration en perfectionnement, à la naissance de la radio. Chaque pays essaiera de s'en attribuer la paternité, il faut donc tenter de rester objectif sur le sujet, mais comme l'objectivité n'existe pas, commençons par rendre hommage à un français.

LE TELEGRAPHE

On peut faire remonter l'origine de la radio à l'invention du Télégraphe optique par le français Claude CHAPPE en 1792. Il consistait à envoyer des messages à distance avec des sémaphores observés à la longue vue. Mais il faut bien avouer que le télégraphe Chappe est tout sauf ...sonore. C'est mal parti pour démontrer qu'il est l'ancêtre de la radio. Pourtant, comme vous pouvez le voir dans notre chronologie par dates, on lui trouve malgré tout beaucoup d'affinités avec la radio.

Ce télégraphe sera amélioré sensiblement par un américain nommé MORSE qui invente en 1837 le télégraphe électrique qui envoie par câble des signaux composés de sons courts ou longs... On se rapproche un peu plus de la radio.

LA DECOUVERTE DES ONDES ELECTROMAGNETIQUES

La découverte majeure du XIXe siècle, on la doit au mathématicien écossais MAXWELL qui prouve l'existence des ondes électromagnétiques par quatre équations en 1864. Mais en bon écossais, Maxwell oublie d'en donner le mode d'emploi et il faudra plus de 20 ans pour qu'un Allemand du nom de HERTZ arrive à la mettre en application et produise pour la première fois en laboratoire des ondes électromagnétiques en 1888. On finira par leur donner son nom puisqu'on parle maintenant d'Ondes Hertziennes.

Bien, on a les ondes... Et maintenant ?

Tout ce que la terre compte de mathématiciens, physiciens, chimistes, ingénieurs, et inventeurs divers se mettent au travail pour trouver des applications concrètes aux ondes hertziennes. Il serait trop long de tous vous les citer ici, mais vous les trouverez presque tous, avec leurs inventions, dans notre chronologie par date.

LA TELEGRAPHIE SANS FIL

Les Anglais, les Américains et les Français sont à la pointe de cette nouvelle industrie de la TSF. Ce qui me fait penser que je ne vous ai toujours pas donné la définition du mot TSF. On aurait pu décider qu'il s'agit de "Transmission Sans Fil" mais sa première appellation est : "Télégraphie Sans Fil". Ce qui me conforte dans l'idée que le Télégraphe est bien l'ancêtre de la radio et que Monsieur Chappe méritait bien d'être cité en premier. Par la suite, TSF signifiera "Téléphonie Sans Fil". Mais on n'en est pas encore là et il nous faut revenir à tous nos inventeurs qui feront évoluer la technique.

Entre 1890 et 1906, quelques inventions majeures nous feront passer des "ti-ti-ta" de Morse à la transmission de la voix par les ondes.

La première, on la doit à un Français (évidemment). Edouard BRANLY qui invente en 1890 le "cohéreur". Pour simplifier, le cohéreur permet de capter les ondes électromagnétiques émises. C'était bien beau d'émettre des ondes par bottes de 12 mais si personne n'avait pensé à inventer un récepteur pour les capter, toutes ces ondes se seraient perdues dans la nature et n'auraient pas servi à grand chose. On peut dire qu'à partir de là, la radio était inventée. Tout ce qui va suivre ne sera que perfectionnement, amélioration et expérimentation. Pourtant Monsieur BRANLY ne s'était pas réveillé un beau matin de 1890 en se disant : "aujourd'hui, je vais inventer la radio". Il a découvert son cohéreur un peu par hasard en travaillant sur d'autres recherches. Il aurait pu trouver immédiatement des applications concrètes à sa découverte et les breveter pour devenir le père incontesté de la radio dans le monde et faire fortune avec son cohéreur. Mais notre savant n'est pas un affairiste, ni même un artiste qui transforme la TSF en rêve ou en dollars. D'autres s'en occuperont pour lui. Il aura d'ailleurs toujours une distance par rapport à l'agitation qui l'entoure et préférera retourner à ses expériences dans le silence de son laboratoire.

Deuxième invention importante : On la doit à un russe. Popov met au point les antennes verticales en 1895, ce qui améliorera considérablement l'émission des ondes.

Mais c'est en 1896, qu'un jeune Italien d'une vingtaine d'années commence à faire parler de lui. Très curieux et inventif de nature, sans diplôme d'ingénieur et avec juste une petite formation en physique, il a le génie de synthétiser toutes les inventions de Hertz, Morse, Branly, Popov et de leur trouver une application concrète dans le grenier de ses parents à Bologne. Guglielmo MARCONI procède à des essais de transmission de Télégraphie sans Fil avec succès. Il a juste un peu amélioré chaque invention. Par exemple, il utilise les antennes de Popov, non seulement pour l'émission mais aussi pour la réception... Bref, le personnage qui nous manquait pour transformer en rêve et en dollars le travail de ces vénérables inventeurs barbus, est arrivé. Marconi propose de se mettre au service de son gouvernement pour développer la TSF en Italie. Le ministre des PTT italien ne daigne même pas recevoir ce jeune fantaisiste de 22 ans. Qu'à cela ne tienne, maman Marconi, grâce à ses origines, a gardé des contacts en Angleterre et le jeune Guglielmo mettra son savoir-faire au service de sa gracieuse majesté. Il part pour l'Angleterre en 1896 et de là il construira un véritable empire puisque la Marconi's Wireless Company déposera brevet sur brevet et s'implantera sur tous les continents pour devenir non seulement le leader de la TSF dans le monde, mais aussi la société qui aura le monopole de la diffusion dans de nombreux pays. Les gouvernements européens et américains mettront vingt ans pour s'apercevoir du danger de concentrer le pouvoir naissant de la TSF entre les mains de la Société Marconi. Ce n'est qu'après la première guerre mondiale qu'ils réagiront en soutenant leurs industriels nationaux.

En dehors de dizaines de brevets et tout autant de procès avec les sociétés et les ingénieurs du monde entier, on doit à Marconi de nombreuses expériences concrètes et passionnantes. Il est le premier à transmettre un télégramme par ondes hertziennes par dessus la Manche en 1899. Bon prince, dans ce télégramme, il remerciera Branly pour sa participation à l'essor de la TSF. En 1901, il assure la première liaison transatlantique. Il créera des laboratoires de recherches dans tous les pays et s'entourera d'éminents ingénieurs, comme John Ambrose FLEMING inventeur en 1904 de la valve qui permettra plus tard d'amplifier la voix.

LA TELEPHONIE SANS FIL

Pour le moment, nos chercheurs ont rivalisé d'invention pour être celui qui émettra le plus loin et le plus fort, mais on ne retransmet toujours que du morse et des télégrammes. Or la radio c'est aussi de la musique, des informations, bref du contenu à la portée de tous les publics.

Ce n'est qu'en 1906 que ce pas décisif est franchi.

 

L'Américain Lee De FOREST améliore la valve de Fleming en lui ajoutant une électrode et invente ainsi l'amplificateur qui manquait pour écouter la voix humaine. C'est aux Etats-Unis que la première expérience de transmission de voix et de musique par les ondes est effectuée le soir de Noël 1906 par le Canadien Reginald FESSENDEN. La boucle est bouclée. On a maintenant l'outil. Il reste à le perfectionner encore et surtout à inventer les programmes de radio pour que la radiodiffusion puisse naître. Malheureusement, avant ce développement, les hommes trouveront une autre utilité à la TSF : être une arme de guerre.

LA TSF AU SERVICE DES ARMEES.

En France, le développement de la TSF est pris en charge par l'armée et plus précisément par le ministère de la guerre. Dès le début du siècle, c'est le capitaine Férrié (qui deviendra général en 1919) qui gère la destinée de la radio.

Il installe son émetteur dès janvier 1904 à la Tour Eiffel. Gustave FERRIE est polytechnicien et il sera à l'origine de nombreux perfectionnements de la TSF. En 1908, il permettra à l'Américain Lee De FOREST et au constructeur français Edouard DUCRETET de transmettre pour la première fois en France de la musique depuis la Tour Eiffel. Il sera en 1921 à l'origine de la création de la première station de radio française "le Poste de la Tour Eiffel". Mais avant cette date, c'est la première guerre mondiale qui va l'occuper de 1914 à 1918.

A la déclaration de la guerre, il reçoit le commandement de la Télégraphie Militaire Française. Il a carte blanche pour développer la TSF afin de pouvoir être en contact non seulement avec nos colonies d'Afrique du Nord mais aussi avec notre allié russe. Il fera construire pour cela dès 1914 le poste émetteur de Lyon La Doua puis plus tard, celui de Bordeaux Lafayette pour relier l'Amérique. La France lui assurera les financements nécessaires pour produire industriellement des postes récepteurs pour équiper les camions, les navires puis les avions de l'armée française. Mais la plus grande richesse qu'on lui donnera, c'est d'enrôler à son service tous les ingénieurs, industriels et inventeurs français. Ainsi, l'industriel Emile GIRARDOT, le constructeur Lucien LEVY mettront, parmi d'autres, leurs entreprises et leur savoir faire au service de la TSF française. Si le coté "instrument de détente" de la radio a été mis entre parenthèse durant 4 ans, il est à noter que la guerre aura au moins permis de développer l'outil TSF de manière prodigieuse en très peu de temps et cela dans tous les pays.

LES PREMIERES STATIONS DE RADIO

C'est donc tout naturellement dans les années 20 que la radio est enfin appelée à devenir un instrument de distraction au service du public. Même si pour avoir chez soi un poste récepteur, il faut indéniablement des qualités de bricoleur, le nombre de sans-filistes est maintenant suffisant pour que la radio puisse être écoutée. L'outil existe, même s'il on est encore très loin de la qualité sonore des futurs récepteurs, l'auditoire existe, il ne reste plus qu'à édifier des stations de radio au sens où on l'entend aujourd'hui.

Dans ce domaine encore, chaque pays revendique la paternité du premier poste de radiodiffusion. A vrai dire, il est très difficile de distinguer parmi les nombreuses et différentes expériences menées quelle est la première station de radio à émettre en direction d'auditeurs nombreux et inconnus un programme de musique, d'information ou de distraction. Les premières expérimentations avaient eu déjà lieu avant la guerre. En 1914 la station de Laeken près de Bruxelles avait déjà proposé un programme régulier de musique classique, mais il semblerait qu'à part la reine Elisabeth de Belgique, les auditeurs n'étaient pas encore très nombreux. En décortiquant notre chronologie par date (c'est la troisième fois que je vous y invite) vous découvrirez peut-être quelle station peut revendiquer cette antériorité entre celles qui ont reçu la première licence officielle, celles qui ont émis sans interruption un programme élaboré, ont eu un auditoire nombreux et ne se sont pas contentées d'émettre pour les seules oreilles du diffuseur. En fait, les premières stations sont apparues entre la fin 1919 et 1920 en même temps au Canada, aux Etats-Unis, en Angleterre, en Allemagne et aux Pays-Bas. Les auditeurs français pourront entendre les premiers programmes de météo et de musique réguliers depuis la Tour Eiffel, fin 1921 et officiellement en février 1922.

L'aventure de la radiodiffusion peut commencer.



5pixels
Pour en savoir plus

AUTRES PAGES DE CE SITE  (lien internes) :

1792

1831

1864

1872

1880

1890

1896

1898

1899

1900

1901

1902

1903

1904

1905

1906

1907

1908

1909

1910

1911

1912

1913

1914

1915

1916

1917

1918

1919

1920

1921


SELECTION DE LIVRES :

page précédente

page suivante

page précédente

page suivante

Webmaster : Jean-Marc Printz

CopyrightFrance