100 ans de radio

Publicité








5 Recherches sur 100 ans de Radio


Publicité



Sélection de livres



Annonces Google




Recherche sur Amazon



Sites Associées



Les Radios Nationales

Le Service public

Histoire des Stations de Radio







FIP
Histoire

LES ANNEES 70.
FIP (France Inter Paris) est lancée le 5 janvier 1971 par Pierre Codou et Jean Garetto, sur l'initiative de Roland Dhordain, directeur de la radiodiffusion à l'ORTF. Codou et Garetto avaient été les responsables de radios éphémères décentralisées de l'ORTF à Biarritz et Perpignan durant les vacances d'été. Durant l'été 70, ils vont expérimenter la future formule FIP en créant des "FIV" (France Inter Vacances) dans les villes touristiques.  En 71, Roland Dhordain confie la direction de FIP 514 (le premier nom de FIP lié à sa longueur d'ondes en OM) à ces deux hommes de radio. FIP propose un format original : la musique y est diffusée de manière ininterrompue et les informations, essentiellement de service, sont données en surimpression par des voix féminines. Elle est destinée à un public urbain et en priorité aux automobilistes : infos météo, point circulation, etc... Les infos culturelles, l'agenda des spectacles ont également leur place. Le tout est complété par un bulletin d'information, chaque heure, 10 mn avant les autres radios, et présenté par une mini-rédaction propre à FIP. La musique occupe l'essentiel du temps d'antenne puisque les 12 mn / heures consacrées au "parlé" vont très vite être ramenées à 3 mn / heure. FIP peut être considérée comme la première radio musicale de France. Son succès parisien va inciter la direction de l'ORTF à lancer des "mini FIP" en Province. Le principe reste le même mais le mode de fonctionnement est original. La modulation musicale est envoyée depuis Paris et elle est diffusée en même temps par FIP Paris et par les stations locales de FIP. Le bulletin d'infos nationale est aussi commun à l'ensemble des stations, mais chacune diffuse ses propres infos de service. Un conducteur avec la programmation musicale de la journée est envoyé aux stations locales et chacune peut intervenir sur les morceaux musicaux pour annoncer la météo locale, l'agenda des spectacles ou l'info culturelle locale. Les équipes locales de FIP sont constituées d'un coordinateur et de 4 ou 5 speakerines qui vont s'appeler les "Fipettes". Les studios régionaux sont installés dans les locaux des directions régionales de l'ORTF. Les premières villes à être dotées d'une station FIP sont Marseille, Nancy, Reims, Bordeaux, Lyon, Nice, Lille, Nantes, Strasbourg... Les stations prennent à chaque fois un nom différent en fonction du lieux ou de la zone de couverture : "France Inter Marseille" (FIM) à Marseille, "France Inter Lorraine" (FIL) à Nancy, etc.... Lorsque la station ne dispose que d'un émetteur, elle prend le nom de la ville, lorsqu'elle dispose de plusieurs émetteurs, le nom de la région. Le déploiement de FIP en région va s'étaler de 1972 à 1974, 9 stations vont être créées.
Très vite, les stations FIP vont connaître un grand succès car dans les années 70, les seules radios locales autorisées sont celles du service public, les radios libres ou privées n'existent pas encore ; et les stations du service public ne diffusent que quelques heures par jour en onde moyenne et en décrochage de France Inter ou France Culture. Les FIP diffusent toute la journée de 7h à 21h et en modulation de fréquence, elles parlent de la région, de la ville, du quartier, elles permettent la promotion d'artistes locaux, de salles de spectacles et s'intègrent rapidement dans le tissu culturel des villes où elles s'implantent. Les voix suaves et relaxantes des Fipettes vont faire partie du paysage sonore des français.
En 1975, l'ORTF laisse la place à TF1, Antenne2, FR3, Radio France, TDF et la SFP. Les radios nationales, dont FIP Paris, sont rattachées à Radio France. Les radios locales et régionales, dont les FIP de région, sont rattachées à la nouvelle chaîne de télévision FR3 qui abrite leurs studios.




5 janvier 1971 :
Naissance de FIP à Paris sur 514 m OM et sur 90,35 Mhz et 95,1 Mhz.

13 avril 1972 :
Création de FIM (Marseille) sur 514 m

15 mai 1972 :
Création de FIR (Reims) sur 95,1 Mhz, FIL (Lorraine) sur 98,85, 98,5 et 88,7 Mhz. 

14 octobre 1972 :
Création de FIB (Bordeaux) sur 96,75 Mhz

21 novembre 1972 :
Création de FIL (Lyon) sur 423 m

Eté 1972 : 
Expériences éphémères de FIAL (Alsace), FIB (Biarritz), FID (Dijon), FIL (Limoges), et FIR (Rennes)

été 1973 :
Création de FICA (Côte d'Azur) sur 92,6, 91,75 et 95,7 Mhz.
Création de FIL (Lille) sur 91 Mhz

20 décembre 1973 :
Création de FIT (Toulouse) sur 98,5 Mhz

17 avril 1974 :
Création de FILA (Loire Atlantique) sur 95,7 Mhz

1er janvier 1975 :
Avec l'éclatement de l'ORTF, FIP Paris est rattachée à Radio France mais les FIP en région sont rattachés à FR3.

1976 :
FIR (Reims) obtient une deuxième fréquence à Châlon-sur-Marne (91,1)

24 avril 1978 :
Création de FIS (Strasbourg), la dernière avant longtemps.

FIP Studio 1972
Studio FIP Années 70
Standard FIP 1976 Studio FIp 1976
Années 70 : Les locaux de FIP à la Maison de la Radio à Paris



LES ANNEES 80.
La décennie commence avec le décès d'un des deux fondateurs de FIP en 1981, Pierre Codou. Jean Garetto quittera aussi la direction de la station en 1983 pour celle de France Inter. La première page de FIP se tourne.
L'appartenance des FIP de région à FR3  pour l'hébergement des studios, les personnels ou  la maintenance du matériel, pose problème. Non seulement la programmation musicale provient de FIP Paris, rattachée à Radio France, mais la société nationale de radiodiffusion souhaite pouvoir récupérer toutes les radios régionales de FR3 et constituer son propre réseaux en région pour pouvoir bénéficier de correspondants locaux. Elle va obtenir satisfaction, après avoir créé quelques radios locales, concurrentes de celles de FR3, mais aussi beaucoup plus développées et écoutées. En 1983, toutes les radios locales passent donc dans le giron de Radio France qui hérite ainsi également des FIP de région.
Les premières rumeurs de disparition de stations FIP commencent à se répandre. En effet, Radio France, qui ne dispose que de très peu d'émetteurs MF disponibles en région, imagine pouvoir fusionner certaines stations FIP avec l'ex station FR3, pour constituer une nouvelle radio locale. Cette logique est imparable sur le plan  technique mais aussi économique :  pourquoi faire cohabiter deux radios avec de faibles moyens, des programmes incomplets, des studios en double, des personnels en double quand tous les efforts peuvent être rassemblés au sein d'une même station ? Mais c'est sans compter sur les auditeurs fidèles à l'originalité du programme FIP et qui ne l'entendent pas de cette oreille. Lyon, Marseille, Bordeaux, Toulouse, Reims et Nancy sont en ligne de mire. Grève des personnels de Radio France et protestations des auditeurs vont retarder le projet et pour certaines, d'une bonne décennie. En 1984, FIL à Nancy disparaît ou plutôt, déménage à Metz pour s'appeler désormais FIM (France Inter Metz), Nancy gardant la radio régionale. A Toulouse, Radio France Toulouse et FiP Toulouse vont cohabiter sur la même fréquence, le 95,2 Mhz pendant quelques années. En fait, la station prend le nom de "Radio France Toulouse" mais diffuse le fil musical et les infos de service de FIP durant presque toute la journée. En 1985, Radio France veux implanter à Tours, ville qui ne possède aucune radio du service public, une station locale. C'est FIP qui est implantée, mais elle va se transformer en "Radio France Tours" en 1988. En 1986, l'ex décrochage de FR3 Radio Cherbourg devient FIP Cherbourg, ce qui laisse présager que la transformation peut aussi se faire dans l'autre sens. Mais cela sera démenti un an plus tard lorsque FIP Cherbourg redeviendra Radio France Cherbourg. En 1988, la station FIR de Reims se transforme en "Radio France Reims" et abandonne le format musical pour devenir une station généraliste locale. Les autres stations FIP menacées (Lyon, Marseille, Bordeaux) vont être maintenues.
En décembre 1986, les FIP de province changent de nom. Fini les FIL, FICA, FIS ou FIM. Désormais les stations s'appellent toutes "FIP" suivi du nom de la ville où elles sont implantées. FIM devient "FIP Marseille", FIS devient "FIP Strasbourg",  etc...
Les années 80, s'est aussi l'émergence des radios libres. Malgré l'originalité de sa programmation musicale, certaines stations FIP vont avoir un auditoire tout à fait marginal dans les grandes agglomérations comme Lyon, Marseille et Toulouse. La station va se battre sur le terrain de la qualité d'écoute en émettant désormais en stéréo. L'embauche de François Jouffa à la direction de la station va permettre de rajeunir un peu le programme musical et introduire du rock à l'antenne.

mars 1980 :
FIP passe en Stéréo.

janvier 1981 :
Première émission de Jazz à FIP

1er janvier 1983 :
Toutes les stations FIP sont rattachées à Radio France.

1984 :
FIL quitte Nancy pour Metz. A l'occasion la station change de nom pour s'appeler désormais FIM (France Inter Metz)
FIT (Toulouse) cesse ses émissions.

24 avril 1985 :
FIR (Reims) obtient une troisième fréquence sur Epernay (103,4 Mhz)

1er octobre 1986 :
Mise en service de FIP Cherbourg

16 octobre 1987 :
FIP Cherbourg devient Radio France Cherbourg.

avril 1988 :
FIP Tours devient Radio France Tours.

4 janvier 1988 :
FIP Reims laisse la place à Radio France Reims.

Studio Equipe FIP 80
Années 80 : Le studio de FIP Paris Années 80 : Les Fipettes
Studio FIP Régie FIP
Années 80 : Animation en direct Années 80 : la régie



LES ANNEES 90.
En 1991, FIP, dont le programme s'arrêtait chaque jour à 21h, va émettre 24h sur 24 et être diffusée par satellite.
En 1996, Radio France envisage de lancer un nouveau réseau destiné aux jeunes. La rareté des fréquences et la lutte acharnée que se livrent les réseaux privés obligent Radio France à se contenter des fréquences dont elle dispose. Impossible de priver une ville de France Inter, France Culture, France Musique ou France Info. Les radios locales du service public ont eu beaucoup de mal à obtenir des fréquences. Tout naturellement, la Direction de Radio France imagine que les fréquences qu'utilise FIP, cette radio à l'audience aléatoire en province, pourraient, sans trop de difficulté, être cédées au nouveau réseau en projet. Il est même envisagé de fermer FIP Paris pour laisser la place au Mouv', le nouveau projet jeune. Mais l'audience de FIP Paris reste très élevée avec 3,8 points en audience cumulée, elle est avant Skyrock et au coude à coude avec Fun Radio. Seule NRJ la domine en audience dans le cercle des radios musicales, mais reste loin derrière FIP en durée d'écoute avec 55 mn par jour pour NRJ et 137 minutes pour FIP. On ne touchera donc pas à FIP Paris. Mais en région, Radio France entend bien ne pas céder et fermer la plupart des stations FIP, mais sa décision est reportée à 2000.
D'un point de vue technique, FIP va être la première radio en France à utiliser le RDS qui permet aux automobilistes de capter à heures fixes les bulletins d'info routière. Elle est également la première à utiliser en 1997 le DAB qui permet, sur certains récepteurs, d'afficher des informations comme le titre du morceau qui passe.

1er octobre 1990 :
FIP émet jusque minuit.


7 janvier 1991 :

FIP émet 24h/24

1er janvier 1993 :
FIP est détachée de la Direction des radios locales de Radio France  pour constituer une direction autonome.

1997 :
FIP s'équipe du DAB et du RDS




Studio FIP 90 Studio FIp 90
regie FIp
Années 90 : les locaux de FIP





LES ANNEES 2000.
Les années 2000 ouvrent une période de crise à FIP. Comme le craignaient depuis quelque temps les auditeurs et les personnels de FIP, la direction de Radio France envisage la fermeture de 6 des 8 stations de région : Nice, Metz, Lille, Lyon, Nantes et Marseille. Seules seraient maintenues FIP Bordeaux et FIP Strasbourg. Immédiatement, cette décision va entrainer un tollé dans les villes concernées : grèves, pétitions d'auditeurs, manifestations, occupation des studios, constitution d'associations de défense, concerts de soutien, interventions des élus... Une fois de plus la Direction de Radio France va temporiser ou renoncer à certaines fermetures. Malheureusement Metz fermera son antenne pour laisser la place à une nouvelle radio locale de Radio France, France Bleu Lorraine Nord. Le destin de FIP à Nice sera de même nature qu'en Lorraine avec le remplacement de la station par France Bleu Azur. Quant aux  fréquences de Marseille, Lille et Lyon que Radio France voulait fermer depuis 1984, elles vont laisser la place au Mouv'. Les seules rescapées vont être les stations de Strasbourg, Nantes, Bordeaux et Paris.
Le réseau de FIP ne comprend plus que 4 stations, la station de Nantes disposant aussi d'une fréquence à Saint Nazaire.
FIP Paris va poursuivre sa conquête de l'audience. En 2006, les sondage médiamétrie la classe première radio locale en Ile-de-France avec une part d'audience de 2,3 %.
Entre 2006 et 2008, 6 ans après les fermetures de 6 stations FIP en région, Jean-Paul Cluzel, le PDG de Radio France ouvre à nouveau des stations FIP en Province, ou plus exactement, diffuse le programme parisien sans animation et information locale et donc sans personnel et studio dans les villes où les auditeurs peuvent désormais entendre FIP : Montpellier, Arcachon, Rennes. La station revient aussi sur Marseille et Toulouse mais, là aussi, sans studio local. Le nouveau problème qui apparait est que Radio France envisage également de diffuser en passif sur les station existantes, Nantes, Bordeaux et Strasbourg. Il va y avoir une véritable levée de boucliers dans la capitale alsacienne et les politiques de la région vont monter au créneau. Nantes va aussi manifester son mécontentement. Les programmes vont finalement être réaménagés avec moins d'interventions locales mais les studios locaux vont être conservés avec leurs Fipettes. En 2010, Strasbourg, Bordeaux et Nantes - St Nazaire vont récupérer 12 heures quotidiennes de programmes locaux en décrochage complet de Paris. le réseau FIP aura une fois de plus traversé la tempête.

18 octobre 2000 :
FIP Metz, FIP Côte d'Azur, FIP Marseille, FIP Lyon, FIP Lille ferment leurs antennes.

10 octobre 2005 :
Décès de Jean-Paul Lambert, programmateur musical et animateur de FIP depuis 1987.

1er juillet 2006 :
FIP est diffusée sur Montpellier (99,7 Mhz).

10 juillet 2007 :
FIP est diffusée sur Arcachon (96,5 Mhz) 

13 juillet 2007 :
FIP est diffusée sur Marseille ( 90,9 Mhz) 

20 juillet 2007 :
FIP est diffusée sur Rennes (101,2 Mhz).

17 juin 2008 :
FIP est diffusée sur Toulouse ( 103,5 Mhz)

19 novembre 2009 :
Disparition de Kriss, une voix historique de FIP

15 février 2010 :
Julien Delli Fiori prend la direction de la station.

1er avril 2010 :
Les soirées de FIP sont entièrement consacrées au jazz.

22 décembre 2010 :
Décès de Roland Dhordain, quelques jours avant le 40ème anniversaire de FIP qu'il avait créé.




Studio FIP en 2000
studio FIP Studio FIP
Années 2000 : les locaux de FIP



FIP
Programme

Dans les années 70, FIP diffuse une bande musicale constituée  de jazz, de variété française, de pop, de musiques folkloriques, de musiques de film et de musique classique. En dehors des modes, elle diffuse un programme musical éclectique destiné à un très large public en dosant les airs actuels avec des succès du passé, mais surtout en programmant des artistes peu entendus sur les radios périphériques et sur les autres stations du service public. 
Programmation musicale des années 70 :
- Jazz et blues : 45 %
- Musique classique : 20 %
- Chanson internationale : 12 %
- Folk : 10 %
- Chanson française : 8 %
- Pop : 5 %
Dans les années 80, le phénomène des radios libres va perturber sensiblement l'audience de FIP qui commence à avoir une image vieillissante par rapport aux radios privées qui diffusent de la musique actuelle. Son auditoire vieillit et les jeunes n'écoutent plus la station. FIP va réagir en embauchant François Jouffa, ancien spécialiste du rock sur Europe 1, qui va rajeunir la programmation musicale de FIP en introduisant un peu de rock (5 %) à la place de la pop des années 70. L'audience va remonter sensiblement mais la station sera néanmoins marginalisée dans les grandes agglomérations comme Marseille, Lyon ou Toulouse où les radios libres ont pris le pouvoir. En 1981, une émission structurée et animée va faire son apparition le soir : "Jazz à FIP". Elle sera prise en main par Julien DELLI FIORI, grand amateur de jazz, qui va marquer la station d'une empreinte forte.
Dans les années 90, alors que toutes les stations automatisent leur programmation musicale dans le cadre de play-list, FIP continue à faire appel à des programmateurs qui composent le programme en fonction de leurs goûts, en toute liberté, en dehors des pressions des maisons de disques, du marché ou de la dictature de la mode. Pas de révolution dans la programmation mais la station évolue par petites touches de manière imperceptible. Pourtant, si l'on compare la programmation de 1971 avec celle de 1991, on peut évaluer la transformation. Le développement des stations musicales dans les années 90, avec une segmentation par genre, va détourner encore des auditeurs de FIP qui va encore s'affaiblir en région. Les jeunes vont définitivement qualifier la station de "jazz chiant et Triangle de Rocquencourt", mais elle conserve un public fidèle, en particulier à Paris où elle destresse les automobilistes dans les embouteillages.
Programmation musicale des années 90 :
- Chansons étrangère de tous pays, tous genres, toutes époques : 35 %
- Jazz : 25 %
- Musique classique  : 15 %
- Chansons françaises : 15 %
- Musique de films : 5 %
- Folklore : 5 %
Dans les années 2000, sous l'impulsion de Julien Delli Fiori, il est envisagé de transformer FIP en radio 100 % jazz et classique, mais le CSA va s'opposer à ce changement de format. FIP va donc conserver sa programmation éclectique qui avait fait son originalité. En revanche, le jazz va occuper toute la soirée avec "Rendez-vous jazz à FIP" de 19h à 21h, présenté par une animatrice et un programmateur..






FIP
Equipe


Ils ont dirigé FIP :
Pierre Codou Pierre CODOU :
- 1958 : Produit des opérations exceptionnelles à la RTF
- 1961 à 1967 : Responsable de la radio locale d'été de l'ORTF à Perpignan
- 1968 : Roland Dhordain lui demande de concevoir une radio locale parisienne avec Jean Garetto.
- 1972 : Devient co-directeur de FIP 514 avec Jean Garetto.
- 1981 : Décès de Pierre Codou
Jean Garetto

Jean GARETTO :
- 1953 : Entre à la radio
- 1955 : Réalisateur à Europe 1
- 1961 à 1967 : Responsable de la radios locale d'été de l'ORTF à Biarritz
- 1968 : Roland Dhordain lui demande de concevoir une radio locale parisienne avec Pierre Codou.
- 1972 : Devient co-directeur de FIP 514 avec Pierre Codou
- 1981 : Au décès de Pierre Codou, Jean Garetto reste seul à la tête de FIP.
- 1983 : Quitte FIP pour prendre la direction de France-Inter jusqu'en 1988.

François Jouffa François JOUFFA :
- 1963 : Entre comme journaliste à Europe 1 puis anime de nombreuses émissions sur cette station puis sur France Inter.
- 1981 : Entre à FIP comme adjoint de Jean Garetto
- 1984 : Devient Directeur de la station.
- 1991 : Retourne sur Europe 1 où il produit "Vinyl Fraise" jusqu'en 1996.
Guy Breton Guy BRETON :
- 1957 : Va animer diverses radios africaines (Cameroun, Côte d'ivoire, Congo, Zaïre, Tchad)
- 1969 : Dirige le studio école de l'Ocora.
- 1982 : Directeur des radios décentralisées de Radio France.
- 1991 : Prend la direction de FIP jusqu'en 1994
Dominique Pensec Dominique PENSEC 
- 1979 : Animatrice à FIP Nantes puis responsable de la station nantaise jusqu'en 1985
- 1985 : Chargée de mission pour les FIP régionaux.
- 1987 : Conseillère des programmes à la Direction des Radios locales de Radio France à Paris
- 1994 : Directrice de FIP à Paris
- 2010 : Directrice des Editions de Radio France.
Julien Delli Fiori Julien DELLI FIORI
- 1971 : Entre à FIP comme Programmateur du jazz.
- 1981 : Lance l'émission "Jazz à FIP".
- 1985 : Tout en restant sur FIP, présente différentes émissions sur le jazz à France Inter.
- 2002 : Conseiller artistique à France Inter
- 2010 : Directeur de FIP

Ont participé à cette station :

Directeurs :
- Pierre CODOU (de 1971 à 1981)
- Jean GARETTO (de 1971 à 1983)
- François JOUFFA (de 1984 à
- Guy BRETON (de 1991 à 1994)
- Dominique PENSEC  (de 1994 à 2010)
- Julien DELLI FIORI (depuis 2010)

Responsables :
- Lucette ALLEHAUT

- Bernard CHEREZ

- Jean-Luc LERAY
- Jacques GUILLONEAU
- Philippe RAYNAL
- Matthieu BEAUVAL
- Jean-François DELETTREZ

Animateurs, programmateurs, journalistes :
- Muriel LE FRIAND
- Armand PIRRONE
- Chantal PICHOT
- Isabelle DUTHIL-LAFRANCE
- Jane VILLENET
- Simone HERAULT
- Dominique ANDRIEUX
- Brigitte BOLOMEY
- Patrick DERLON
- Christiane BOPP
- Christiane DIAHABY
- Fabienne GUEDY
- Sylvain SIGRE
- Jean Paul LAMBERT
- Corinne GORSE (dite Kriss)
- Sylvain SIGRE
- Philippe BARDONNAUD
- Alexandre DESURMONT
- Luc FRELON
- René HARDIAGON
- Vincent PROVINI

Pour les stations FIP de région :
voir nos pages FIP en région.






FIP
Sources

Sources générales : cliquez ici

Sources sur cette radio :

- Archives Jean-Marc PRINTZ
- Revue Télérama
- Site de l'INA : http://www.ina.fr
- Site officiel de FIP : http://sites.radiofrance.fr/chaines/fip/accueil/
- Radio France
- Robert Prot, Dictionnaire de la Radio, INA











FIP
Pour en savoir plus

AUTRES PAGES DU SITE  (liens internes) :

- Histoire de FIL (France Inter Lorraine) - FIP Metz
- Histoire de FIR (France Inter Reims)
- Histoire de FIS (France Inter Strasbourg) - FIP Strasbourg
- Histoire de FIP Cherbourg
- Histoire de FIT (France Inter Toulouse)


L'HISTOIRE DE FIP A TRAVERS LES VIDEOS DE L'INA


video 2 video 1 video 3 video 4

1970 :
Roland Dhordain présente le projet FIP
1971 :
Jean Garetto et Pierre Codou annoncent la naissance de FIP
1981 :
Dixième anniversaire de FIP
1986 :
Quinzième anniversaire de FIP


video 7 Video 5 vidéo 6 video 8

1988 :
Grève à FIP Reims
1993 :
Les femmes de l'onde
2000 :
Manifestation des auditeurs de FIP Lyon
2000 :
Comité de soutien à FIP Metz



SELECTION DE LIVRES EN RAPPORT AVEC CETTE PAGE :











5pixels

page précédente

Dernière mise à jour de cette page :
5 janvier 2010



Webmaster : Jean-Marc Printz

CopyrightFrance