100 ans de radio
Publicité
5 Recherches sur 100 ans de Radio
Publicité
Sélection de livres

Annonces Google
Recherche sur Amazon
Sites Associées
Chronologie
1945 - 1974 : Le Monopole de la Radio
1948
Sommaire de l'Année
L'Année Radiophonique
L'Actualité de l'Année
Les Stations Françaises
Tutelle et Direction des Radios d'Etat
Pour en Savoir Plus
5

5
Sommaire
1948
L'année radiophonique

Studio RDF en 1948

CENSURES, DEMISSIONS, LICENCIEMENTS :
LE POUVOIR GARDE LE CONTRÔLE DE LA RDF.
La succession de quatre cabinets (gouvernements) en 1948 ne facilite pas la stabilité politique ni celle des organes d'information au service du pouvoir. La RDF n'a toujours pas de véritable statut et son Directeur Général, nommé en Conseil des Ministres, est révocable à tout moment. Pourtant Wladimir Porché, en place à ce poste depuis 1946, sera un des seuls à ne pas être inquiété par les aléas de la 4ème République. La véritable main mise du pouvoir sur la radio ne s'embarrasse même pas de la Direction de la RDF puisqu'elle agit directement sur la rédaction des journaux parlés. En région, les stations régionales sont aux ordres des Préfets qui font souvent preuve d'interventionnisme. C'est le cas à Clermont-Ferrand, Lille, Nancy pour éviter que la radio régionale ne soit le porte-voix des grèves et des mouvements ouvriers. A Paris, une chasse aux sorcières qui vise les journalistes communistes est organisée : Lorsqu'ils ne sont pas mutés ou mis au placard, ils sont simplement licenciés. C'est le cas notamment de Francis Crémieux, rédacteur en chef du journal parlé, révoqué sous la tutelle du Secrétaire d'Etat chargé de l'Information, François Mitterrand. Francis Crémieux ne reviendra à la radio qu'en 1983, sous la Présidence du même Mitterrand. 64 journalistes seront licenciés en 1948, sous prétexte de restrictions budgétaires. parmi eux, de nombreux journalistes communistes comme Lucien Barnier ou Jean Vidal. Grèves et démissions de protestation n'empêchent pas le contrôle total du pouvoir et en particulier de la Présidence du Conseil sur l'information radiodiffusée. Les textes des journaux doivent être soumis au rédacteur en chef avant diffusion et la plupart des magazines sont enregistrés et diffusés en différé pour permettre des censures éventuelles. Les émissions de débats, les chroniques politiques sont tout simplement rayées des grilles de programmes. Même les émissions artistiques sont concernées : Le Directeur des Emissions Littéraires, Fernand Pouey, est obligé de démissionner après la censure de plusieurs émissions qu'il avait programmées et en particulier la diffusion de " Pour en finir avec le jugement de Dieu " de Antonin Artaud. Léo Ferré qui proposait une émission musicale depuis 1946 (Chants et choeurs soviétiques) est écarté du micro. Lucien Barnier accusé de sympathies communistes est écarté des émissions pour la jeunesse (Magazine des Jeunes de France). On le retrouvera sur Radio Luxembourg. La presse communiste, et en particulier l'Humanité, s'en prend à la RDF et à son Directeur de l'Information, Vital Gayman, accusé d'être à l'origine de cette chasse aux sorcières. Le Secrétaire d'Etat chargé de l'information, François Mitterrand, assumera ce rôle de censeur de l'Information radiodiffusée, non sans en retirer des enseignements pour le jour où le pouvoir change de camp. Il sera à l'origine des premières dispositions prises en 1949 pour doter la radio d'un budget autonome et lui assurer un peu plus de distance par rapport au pouvoir politique.

Sommaire
1948
L'actualité de l'année

15 janvier 1948 :
Les restrictions budgétaires de la RDF amputent les régions d'une grande partie de leurs décrochages quotidiens. Les émissions régionales de Bordeaux, Clermont, Grenoble, Limoges, Montpellier et Nancy sont réduites à 2 tranches de 1/4 d'heure par jour pour des infos régionales. Lille, Lyon, Marseille, Nice, Rennes et Toulouse seront plus chanceuses avec un décrochage quotidien de 1h30. Seule Strasbourg, en raison de sa position stratégique, conserve l'intégralité de son programme régional. Les mêmes mesures budgétaires entraînent la suppression de plusieurs orchestres régionaux, le licenciement de 59 journalistes, de 60 employés administratifs et le gel des travaux de reconstruction du réseau d'émetteurs.

21 mars 1948 :
La redevance radiophonique est augmentée et passe à 750 francs. Les personnes économiquement faibles pourront néanmoins bénéficier d'un abattement de 50 % à partir du 29 août de la même année. Grâce à cette augmentation des recettes, les stations régionales retrouvent progressivement les émissions amputées en début d'année.

4 avril 1948 :
La station périphérique, Radio Andorre, échappe encore au contrôle du gouvernement qui décide de brouiller ses émissions sous le prétexte qu'elle est pirate et qu'elle n'a aucune autorisation légale.

1er mai 1948 :
Ouverture du Salon de la Radiodiffusion et de la Télévision au Grand Palais à Paris.

21 mai 1948 :
Après Radio Cité et Radio Bordeaux Sud-Ouest en 1946, les réquisitions contre le Poste Parisien et Radio Médterranée sont levées. Néanmoins, la loi sur le monopole ne leur permet évidemment pas de reprendre leurs émissions.

3 juillet 1948 :
Mise en service d'un nouvel émetteur pour Radio Monte-Carlo avec une puissance de 120 kW.

4 juillet 1948 :
La France retrouve ses Grandes Ondes et l'ancienne fréquence de Radio Paris (1648 m). Mais l'émetteur GO d'Allouis n'étant pas encore opérationnel, c'est depuis Strasbourg Brumath que rayonne ce nouvel émetteur. Il diffuse un programme bilingue français-allemand puisqu'il couvre une grande partie des deux pays. Ses émissions sont diffusées en 3 petites sessions de 6h30 à 7h45, de12h à 13h et de 18h à 21h. Le reste du temps il diffuse en passif les émissions du Programme National.

29 septembre 1948 :
la RDF réorganise totalement son réseau d'émetteurs sur le territoire national. Il y a désormais deux groupes d'émetteurs : Le Réseau Branly qui diffuse le Programme National et le Réseau Férrié qui diffuse le Programme Parisien.

20 décembre 1948 :
Radio Andorre porte plainte contre la RDF pour le brouillage qu'elle lui fait subir. La station périphérique réclame 20 millions de dommages-intérêts. Le brouillage continue.


Sommaire
1948
Les stations françaises

Stations d'Etat

Longueurs d'Ondes

RDF

Pr National

OM : 431,7 m + 19 émetteurs OM régionaux
OC : 25,24 m, 31,38m, 31,19m,

Pr Parisien

OM : 386,8 m + 19 émetteurs OM régionaux

Paris Inter

OM : 506,7 m
OC : + 49,8 m puis 48,39 m

Stations périphériques

Longueurs d'Ondes

Radio Luxembourg

GO : 1293 m GO
OC : 49,26 m

Radio Monte-carlo

OM : 410 m
OC : 49,71 m

Radio Andorre

OM : 426 m
OC : 50,16 m

Pour les stations régionales ou locales, voir nos chapitres consacrés à chaque région.


Sommaire
1948
Tutelle et direction de la radio d'Etat

Quatre cabinets se succèdent en 1948. Après le gouvernement Robert Schuman (27/11/47 - 26/07/48), c'est le gouvernement André Marie (26/07/48 - 5/11/48), puis à nouveau Robert Schuman (5/11/48 - 11/11/48) puis Henri Queille à partir du 11/11/48 qui gouvernent la France.

26 juillet 1948 :
François Mitterrand est nommé Secrétaire d'Etat à la Présidence du Conseil chargé de l'Information.

5 septembre 1948 :
Durant les quelques jours du second gouvernement Robert Schuman, c'est le Secrétaire d'Etat (et précédent Président du Conseil) André Marie qui a la tutelle de la radiodiffusion.

11 septembre 1948 :
Dans le cabinet Henri Queille, on retrouve François Mitterrand comme Secrétaire d'Etat à la Présidence du Conseil. Il reçoit à nouveau la tutelle de la radiodiffusion.

Secrétaire d'Etat à la Présidence du Conseil
Secrétaire d'Etat chargé de l'Information
François Mitterrand
du 05/11/48 au 11/11/48
du 25/07/48 au 05/09/48 et
à partir du 12/11/48

Président du Conseil Supérieur de la Radiodiffusion
Directeur Général de la RDF
Paul Rivet
Wladimir Porché
1946 - 1958
1946 - 1957
Sommaire
1948
Pour en savoir plus

AUTRES PAGES DU SITE  (liens internes) :



SELECTION DE LIVRES EN RAPPORT AVEC CETTE PAGE :


Sources de cette page :
DUVAL René
Histoire de la radio en France
Alain Moreau
Paris, 1979

- BROCHAND Christian
Histoire générale de la Radio et de la Télévision en France
- tome 1 --

Comité d'Histoire de la Radiodiffusion
La documentation française
Paris, 1994

- PROT Robert
Dictionnaire de la Radio
Presses Universitaires de Grenoble - 1997

- PROT Robert
Précis d'histoire de la Radio & de la Télévision
L'Harmattan - 2007


- Revue "Radio 1948"

- Revue "La Semaine Radiophonique"

- Revue "Mon Programme"

- Revue "Radio Revue"

5pixels

page précédente

 

page suivante

page précédente

page suivante

Webmaster : Jean-Marc Printz

CopyrightFrance